Retour
Santé

Guide alimentaire canadien : une révolution qui en n’est pas une


Imprimer

Certains pensaient que le guide alimentaire était la bible des nutritionnistes. Je vous confirme que non!

J’ai écrit 5 livres sur l’alimentation depuis 2015. Dans aucun d’eux je n’ai parlé du guide alimentaire canadien. Je trouvais qu’il portait trop sur les éléments nutritifs et pas assez sur les aliments. J’étais mal à l’aise avec le calcul des portions. Bref, je le trouvais trop mathématique et pas assez instinctif. 

Un intérêt envers les comportements alimentaires

Mon opinion change avec le nouveau guide alimentaire canadien publié le 22 janvier dernier. Quand je lis les recommandations de Santé Canada, je dis « yé! », mais aussi « enfin! ».

En 2016, j’écrivais un billet de blogue sur Extenso.org intitulé « Un nouveau guide alimentaire, ça presse! » où je disais notamment ceci :

Il m’apparaît prioritaire d’intéresser les Canadiens aux aliments plus qu’aux nutriments. (…)  

Lorsqu’on s’intéresse davantage à l’origine des aliments, lorsqu’on prend le temps de les choisir, de les cuisiner et de les manger, on les apprécie beaucoup plus et on mange automatiquement mieux.

Le nouveau guide alimentaire accorde autant d’importance aux aliments qu’aux comportements alimentaires (j’applaudis!). Je considère cette nouvelle édition excellente. Le guide est redevenu une locomotive plutôt qu’un wagon de queue. Mais soyons clair, il ne révolutionne pas les principes d’une saine alimentation. Il y a belle lurette que mes collègues nutritionnistes et moi parlons de l’alimentation de cette façon. Tant mieux s’il met du poids sur nos conseils!

 

Source : Gouvernement du Canada, 2019

 

Un guide cohérent avec la science

Le guide alimentaire précise ce que bien manger devrait être en 2019, avec toutes les connaissances relatives à la santé que nous avons, avec tous les aliments auxquels nous avons accès, avec tous les soins que notre planète mérite. Il accorde une grande importance aux végétaux, et c’est tout à fait cohérent avec la science. Il ne bannit ni la viande ni les produits laitiers, mais les repositionne. Ça aussi, c’est cohérent avec la science.

Un outil de base et non une bible

Le guide alimentaire trace les lignes directrices de ce qu’est l’alimentation saine pour la population en général. Cela dit, chacun de nous est une personne unique et non une « généralité ». C’est pour cela que le guide est un bon outil de base, mais qu’il convient de l’adapter aux individus. C’est normal, aucun guide n’est « one size fits all ». Les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, les sportifs, les gens malades, etc. ont tous des besoins particuliers. Puis même sans condition physique particulière, nous avons tous des habitudes, des préférences, des valeurs avec lesquelles composer. Les nutritionnistes sont justement là pour personnaliser les conseils alimentaires. Le guide ne les a jamais remplacées et ne le fera jamais.

La majorité des nutritionnistes apprécient ce nouveau guide alimentaire canadien, mais il n’est pas devenu notre bible. Pourquoi? Parce qu’il n’est pas une bible, tout simplement! Il n’est pas là pour faire la morale ou dresser la liste des sept péchés capitaux. Il est comme un manuel d’instructions qui explique comment prendre soin de notre machine. Il est un excellent – mais simple – guide. Alors qui l’aime le suive, mais personne ne viendra nous espionner dans nos cuisines!

Merci à notre collaboratrice

Stéphanie Côté

Diplômée en nutrition et nutrition sportive, Stéphanie Côté collabore avec les médias depuis plus de 15 ans. Son but? Convaincre les gens que bien manger, c’est bon et pas si compliqué!

Visiter son site

Découvrir notre concours

et s'inscrire à l'infolettre Patience

Merci

Vous recevrez bientôt un message
de confirmation

Changer de langue et de région