Retour
Coup d’cœur d’ici

Entrevue avec Florence Rivest, illustratrice


Imprimer

L’illustratrice derrière l’image colorée que l’on retrouve sur notre sac en coton à l’effigie de SourCran se nomme Florence Rivest. En consultant sa page Instagram, on entre dans son univers composé de paysages flamboyants et de personnages attachants.  Pour en apprendre un peu plus sur son parcours, on lui a posé quelques questions:

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Florence Rivest (@flo.rivest)

Quand as-tu commencé à avoir un intérêt pour l’art et de quelle manière celui-ci s’est-il développé?
Mon intérêt pour l’art s’est manifesté très tôt, sous la forme de dessins sur les murs de ma chambre vers l’âge de 2 ans. Depuis, je n’ai cessé d’explorer les médiums et supports où je pouvais exprimer ma créativité; de mes bureaux de classe au secondaire jusqu’à dernièrement des canots!

Tu représentes souvent des scènes de la nature dans tes illustrations. Qu’est-ce qui t’inspire le plus dans celle-ci?
Je trouve que la nature nous fournit les plus belles métaphores pour parler des émotions humaines de façon sensible. Et c’est pour moi particulièrement important de nous remettre dans notre contexte d’appartenance à celle-ci, plutôt que de nous en séparer.

Quelle technique utilises-tu pour réaliser tes illustrations?
La vaste majorité de mes illustrations sont réalisées à la gouache.

D’où provient ton amour envers le plein air?
J’ai eu la chance d’être initié aux grands espaces très tôt. Ayant deux parents amoureux de plein air, c’était inévitable que j’allais tomber dans la soupe également!

Quel est ton plus beau souvenir en nature?
C’est très difficile, y’en a tellement! Mmmmm, je dirais un bain de minuit dans le St-Laurent avec le plancton bioluminescent, accompagnée de mon meilleur ami. L’eau s’illuminait quand on nageait, c’était absolument surréel.

D’où t’es venue l’idée d’un paysage aussi coloré pour l’illustration de notre sac réutilisable?
C’est inspiré du paysage où j’ai vu pour la première fois des plants de canneberges, que ma grand-mère appelle « atocas », en Abitibi!

 illustration_sac_SourCran 

Abonnez-vous

Obtenez 10% de rabais

Abonnez-vous à notre infolettre et obtenez 10% de rabais sur votre première commande.

Notre infolettre

Des recettes des astuces et plus!

Merci

Vous recevrez bientôt un message
de confirmation

Changer de langue et de région